Les supports en UC, le défi des assureurs

Depuis la baisse des taux d’intérêt, les assureurs tentent par tous les moyens de faire en sorte que leurs clients se réorientent vers les supports en unités de compte. En effet, ils ne peuvent pas dans l’absolu contraindre leurs clients de s’orienter vers le type de produit qu’ils voudraient, mais ils utilisent des petites techniques afin de les inciter à le faire. Par exemple, il devient de plus en plus difficile pour une personne qui dispose d’une importante somme d’argent d’ouvrir un contrat d’assurance-vie en fonds en euros. En effet, cela représente un manque à gagner important pour les banque.net ou pour les assureurs, et l’on constate ainsi une baisse des nouvelles souscriptions qui correspondent à ces critères.

D’autre part, l’une des autres manières d’inciter les clients existants à s’orienter vers les fonds en unités de compte est tout simplement de proposer des bonus de rémunération aux personnes qui auraient diversifié leur capital, avec donc une proportion de supports en unités de compte par exemple comprise entre 30 et 50%. Cette démarche obtient un succès assez mitigé pour le moment, étant donné le niveau de risque qui est associé aux contrats en unités de compte, mais il s’avère que la dynamique est en tout cas partagée par l’ensemble des acteurs du monde de l’assurance, que ce soit Boursorama Banque ou encore ING Direct.

En effet, bien que l’assurance-vie soit le compte épargne préféré des français, on constate que, de manière très importante, celui-ci est avant tout orienté vers les fonds en capital garanti, ce qui peut s’expliquer avec la crise actuelle. Par ailleurs, si vous désirez comparer les offres de contrat d’assurances-vie ou de prêts personnels qui sont actuellement disponibles sur le marché, le magazine capital.fr a lancé à la rentrée un numéro spécial sur ce sujet qu’il serait opportun de consulter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *